Langues

Komz a rit brezhoneg ? ou Parlez-vous breton ?

Très imagé, le breton est la dernière langue celtique d’Europe. Elle flirte avec le gallois et l’irlandais. Au 7e s., elle s’exprime sur toute la péninsule, avant de se cantonner à l’ouest d’une diagonale Saint-Brieuc - Vannes. Parmi les 200 000 personnes qui parlent brezhoneg, les jeunes sont de plus en plus nombreux. Une reconquête qui se lit aussi sur les panneaux routiers et dans l’édition.

Photo 1 Langues Photo 2 Langues Photo 3 Langues Photo 4 Langues

De la honte à la fierté

Pendant la première moitié du 20e s., la république impose la langue française. Aux écoliers récalcitrants, elle fait porter un sabot ou un panneau sur lequel est écrit « défense de cracher par terre et de parler breton ». Puis l’action d’intellectuels et de politiques redonne de la voix au breton. La langue connaît un renouveau auprès des jeunes. L’école bilingue Diwan (le « germe ») scolarise 3 000 élèves jusqu’au baccalauréat.

Des filières bilingues ont été créées dans l’enseignement privé et public. Au total, 10 000 scolaires parlent brezhoneg.

Une ou plusieurs langues ?

Soyons clairs, le breton est une langue à part entière et non un patois. Il se décompose en 4 dialectes principaux : le cornouillais dans le Sud-Finistère, le léonard en nord-Finistère, le trégorrois et le vannetais. Plus à l’est, c’est le gallo qui se fait entendre.

Qui parle breton ?

200 000 personnes parleraient breton. La majorité d’entre elles habite le Finistère. 35 000 locuteurs utilisent le breton tous les jours. En laissant trainer vos oreilles, skouarn, sur les marchés locaux, vous avez une chance d’entendre des dialogues colorés dont le sens vous échappera.

Le breton dans le panneau

Les panneaux routiers et les indications officielles se sont convertis au bilinguisme. Si Quimper se reconnaît aisément dans Kemper (le « confluent »), la transformation est moins évidente pour Vannes qui devient Ar Gwened. Très utilisé dans les noms de lieux, Ker désigne un lieu habité, un village.

Exemple réussi de traduction, Titeuf et Astérix dialoguent également en breton !

A vous la parole !

Les premières expressions connues montrent bien la convivialité de la région. Il s’agit de Yech Mad, « A la tienne», de fest-noz, « fête de nuit », de degemer mat, « bienvenue » et de Kenavo, “Au revoir".

Très vite, vous partagerez des krampouezh, des « crêpes » et des kouign-amann, « gâteaux au beurre ».

Toujours utiles :
Mat an traoù ? Ca va bien ?
Petra zo ? Qu'est-ce qu'il y a ?

Les choses se gâtent si vous devenez un torr-penn, un « casse-tête », équivalent de casse-pied ou si l’on vous claironne diwall ! « attention ! ».

Lien utile

Office de la langue bretonne

fans de Bretagne

Amoureux de la Bretagne, venez partager vos plus belles expériences bretonnes.

www.fansdebretagne.com

Newsletter

Restez connecté à la Bretagne en vous abonnant à la newsletter