Accostez en kayak au phare de la Croix

Au cœur du patrimoine maritime, entre le Trieux et Bréhat

Photo 1 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 2 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 3 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 4 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 5 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 6 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 7 Accostez en kayak au phare de la Croix Photo 8 Accostez en kayak au phare de la Croix

Envie d’une escapade originale et nautique ? En petit groupe, les kayaks de mer fendent l’onde sur l’estuaire du Trieux, face à l’ archipel de Bréhat. C’est une des rares et belles manières de débarquer au phare de la Croix, seul phare en mer visitable avec Cordouan. La marée et Florian sont de notre côté pour permettre cette balade privilégiée.

Embarquement immédiat !

Le pôle nautique de Loguivy se niche au creux du sentier côtier. Dans cet abri, Florian et ses kayaks colorés pointent leur nez. Il nous aide à choisir la bonne pagaie, celle qui arrive au bout du bras tendu, et sort les embarcations. La jupe Cotten relevée et les gilets ajustés, c’est un humoristique défilé de mode qui descend sur le sable. Moniteur bienveillant, Florian livre quelques conseils pour bien s’installer et ramer sans galérer. Les cales-pieds réglés et les biceps impatients, un formidable terrain de jeu s’ouvre sous les étraves, s’étendant sur l’archipel de Bréhat.

Un plan d’eau qui pousse à la curiosité

Cap sur la Vieille de Loguivy ! Cela n’a rien d’offensant ; il s’agit d’une respectable balise chapeautée de noir et de jaune. Le soleil fait étinceler les reflets verts et bleus de la mer. De multiples cailloux ponctuent cette palette. Dans l’onde transparente, du sable, des laminaires passent sous les coques. Seul le vent et le rythme des pagaies enchantent le silence. De mini-criques prennent parfois l’allure d’un lagon. A fleur d’eau, le spectacle est encore plus grandiose. Au détour d’un empilement de granit, les kayaks s’arrêtent et s’assemblent sous la forme d’un radeau, le temps de saluer quelques cormorans qui sèchent leurs plumes. Notre approche toute en douceur permet de glisser jusqu’à de merveilleux trésors.

A l’abordage du phare

L’œil du guide est précieux au milieu des îlots pour rejoindre le phare, qui ne reçoit qu’à certains coefficients de marée. Pour accoster, les premiers arrivés aident joyeusement les suivants. La solidarité est naturelle et conviviale. Au pied des 13 m de la tour, la vue sur l’estuaire et l’archipel est exceptionnelle. Le sillon de Talbert dessine une ligne claire à l’horizon. Sur les roches, lichen et algues indiquent l’importance des marées dans cet environnement éternellement changeant.

Voyage dans une sentinelle de la mer

Florian, gardien de la clé, ouvre la porte de cet « enfer », c'est ainsi que l’on nomme les phares bâtis en mer. Drôle d’appellation pour ce confetti paradisiaque ! Privilège unique, nous montons à bord de ce bâtiment de la marine. La mini-forteresse de pierre, construite en 1867 et restaurée en 1949, abrite sur 2 étages les secrets des phares et balises. C’est l’occasion de découvrir que les sommets rouges, verts ou jaunes des feux ne sont pas là pour la décoration. La pause est à la fois instructive et gourmande : Jus de pommes et caramels nous redonnent des forces.

Sport et découvertes au fil de l’eau

Retour aux kayaks ! Pagaies en main, nous faisons à nouveau corps avec les embarcations. Lors de la traversée du chenal, un peu de clapot vient chatouiller les coques. Les dérives assurent l’équilibre. De nouveau près des roches, l’onde redevient lisse. La navigation se poursuit au rase-cailloux. Tadornes et cormorans nous accompagnent. De jeunes oiseaux, toutes plumes ébouriffées, redressent le bec. Le courant facilite le retour. Nous sur-voguons quelques parcs à huîtres et casiers. Une idée de repas pour ce soir ?

Le bonheur est dans la pagaie

En remontant l’estuaire, le panorama évolue. Les rives gagnent en hauteur, les arbres se mêlent aux galets. La plage de la base nautique se distingue nettement. Quelques toniques coups de pagaies ramènent la petite flotille à bon port. Avec un goût de sel sur les lèvres, on ressent une saine fatigue dans les bras et les reins. En s’attardant tout en se retournant sur le trajet parcouru, la sensation s’avère agréable. Les muscles apaisés, les yeux se souviendront longtemps de cette sympathique expédition.

Texte: Annick André

 

Informations complémentaires :

Durée de la balade : 3 heures (14h-17h)
Accessible aux enfants de plus de 12 ans

Trip Advistor Avec les avis des voyageurs tripadvisor

fans de Bretagne

Amoureux de la Bretagne, venez partager vos plus belles expériences bretonnes.

www.fansdebretagne.com

Newsletter

Restez connecté à la Bretagne en vous abonnant à la newsletter