Randonnée à Rochefort-en-Terre

Pédestre, VTT à Rochefort-en-Terre

  Voir les photos (2)
7.6 km
Pédestre
2h
Facile
7.6 km
VTT
45min
Moyen
  • Perché sur un éperon schisteux, Rochefort en Terre a attiré les artistes et des peintres américains au début du XXe siècle. Devenue Petite cité de caractère, elle a été élus "Village Préféré des Français" en 2016. En plus de son remarquable patrimoine bâti, elle accueille artisans d’art et galeries. En complément du circuit du patrimoine de Rochefort-en-Terre (www.cirkwi.com/#!page=circuit&id=29157&langue=fr), cette balade permet de voir le décor naturel de la cité, en sous-bois par de vieux chemins creux puis le long de l’étang du Moulin Neuf, agréable promenade familiale.
    Une variante courte de 5.6 km est possible sans faire le tour de l’étang. Ce circuit peut être relié avec le circuit des Palis ou la Ronde des Grées sur Pluherlin.
    Balisage jaune- circuit PR©
    Retrouvez cet itinéraire dans le topo-guide Le Morbihan à pied®, en vente en librairie, dans les offices de tourisme en Bretagne et sur www.ffrandonnee.fr.
    Retrouver tous les circuits sur le site www.rando-paysdevannes.com
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées
    • Individuels
Points d'intérêt
1 Place Saint Michel
Parking sur la place.
Descendre par la D774 en direction du « Vieux Bourg » de Rochefort en Terre.
2 Rue Saint Nicolas
Avant la sortie de la cité, emprunter la rue St Nicolas à gauche puis le « Chemin des Morts », ainsi appelé sous l’Ancien Régime parce que les cortèges funèbres l’empruntaient pour ne pas payer de taxes aux Seigneurs de Rochefort. Ce chemin peut être boueux par endroit.
Au Pont aux Roux, prendre à gauche une route communale puis un chemin de terre à droite.
3 Traversée de la RD777
Traverser la D777 puis continuer le chemin creux tout droit (Moulin de Bogeais à gauche) qui descend en sous-bois au plan d’eau du Moulin Neuf
4 Etang du Moulin Neuf
Possibilité de raccourcir le circuit en longeant l’étang par la gauche. Passer devant le restaurant et continuer sur 400 m jusqu’à un escalier en pierre à gauche qui monte à la RD 774. (Point n°5)

Autrement, prendre à droite et longer l’étang. A l’autre extrémité, se diriger vers la RD 774. Emprunter l’escalier en face.
5 Traversée de la RD774
Traverser la RD774 et prendre la route qui monte. Très vite, trouver à gauche un sentier qui grimpe en sous-bois.
A la route, tourner à gauche. Passer devant le manoir de St Fiacre. Après le manoir de la Fuye, prendre le chemin en face jusqu’à l’entrepôt d’un antiquaire.
Prendre à gauche la RD21, franchir le pont et emprunter à gauche l’escalier sous le calvaire pour atteindre la chapelle St Michel et retrouver le parking.
6 Rochefort-en-Terre, collégiale Notre Dame de la Tronchaye et calvaire
Classé Monument Historique, cet édifice possède un clocher roman et une façade de style gothique flamboyant.
L’église Notre-Dame-de-la-Tronchaye est curieusement située en contrebas de la cité, et bâtie sur un terrain en pente. La tradition populaire raconte qu’au IXème ou Xème siècle, lors des invasions normandes, un prêtre cacha dans un tronc d’arbre creux afin de la soustraire aux pillages, une statue de bois, représentant la Vierge allaitant son enfant. Deux siècles plus tard, une bergère aurait retrouvé cette statue dans ce même tronc ; il a été décidé de construire l’église à cet emplacement. On peut voir la représentation de cette histoire sur un des vitraux de l’église.
Dans l’église.
Ce qui frappe dès l’entrée, ce sont les piliers penchés, preuves de glissements de terrain vers le sud, puis vers l’ouest. Pour éviter que l’église ne s’effondre, des contreforts ont été construits, donnant lieu, au sud, à un bas-côté supplémentaire parallèle à la nef, et à l’ouest, à l’allongement de la nef qui a permis la construction d’une tribune.
En 1498, Jean IV de Rieux-Rochefort fonde, grâce aux 100 000 écus d’or qu’il a reçus d’Anne de Bretagne, un collège de sept chanoines pour prier pour le repos de l’âme du seigneur et de sa famille. Dans le chœur, on peut encore voir leurs stalles sculptées. En 1925, Rochefort-en-Terre devient cité mariale, ce qui donne lieu à la commande de deux nouveaux vitraux : en 1926, le vitrail de l’arrière-chœur représentant la Sainte Famille et en 1927, le vitrail de la bergère découvrant la Vierge dans un tronc d’arbre.
Le calvaire :
Sur le parvis se dresse un calvaire sculpté, surnommé la Bible des pauvres car il servait aux prêtres à enseigner la Bible aux illettrés. Les sculptures sont taillées dans le granit. Ce calvaire serait le seul en Bretagne à représenter la Passion et l’Ascension du Christ. C’est là également que se trouvait le cimetière de Rochefort jusqu’à la moitié du XIXème siècle.
Retrouver la visite complète de Rochefort-en-Terre avec ce lien : www.cirkwi.com/#!page=circuit&id=29157&langue=fr
7 Rochefort-en-Terre, les Fortifications et le château
Dès le XIIème siècle, le château, puis la cité, sont construits sur cet éperon rocheux qui devient “Roche Forte” donnant simultanément son nom à la famille et au lieu-dit “Rochefort”.
Au XIVème siècle, la famille de Rochefort n’a plus d’héritier et s’unit par mariage à celle des Rieux. Le château féodal devient ainsi la propriété de la famille des Rieux-Rochefort. Sous le règne notamment de Jean IV de Rieux-Rochefort, la cité devient prospère. Jean IV s’oppose, comme plusieurs seigneurs bretons, à l’annexion de la Bretagne par le Royaume de France. Mais le roi Charles VIII sort victorieux de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, et ordonne la destruction des châteaux bretons, dont celui de Rochefort. Or, Jean IV a été le tuteur d’Anne de Bretagne, et celle-ci, devenue reine de France par son mariage avec Charles VIII, octroie au seigneur de Rochefort une dotation de 100 000 écus d’or. Grâce à cette somme, il reconstruit son château, l’entoure de fortifications plus résistantes et fait venir des chanoines dans l’église. A la Révolution française, le château est détruit et les ruines sont rachetées au début du XXème siècle par un peintre américain, Alfred Klots. Celui-ci transformera les anciennes dépendances du château en une demeure luxueuse.
Retrouver la visite complète de Rochefort-en-Terre avec ce lien : www.cirkwi.com/#!page=circuit&id=29157&langue=fr
Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions