Sur les Pas de Cadou

Pédestre ,  VTC à Crossac

19.4 km
Pédestre
4h 45min
Difficile
19.4 km
VTC
2h
Moyen
imgcarousel-name-misingccpsg
imgcarousel-name-misingccpsg
imgcarousel-name-misingccpsg
  • L’itinéraire s’en va vers les hauteurs du marais et permet d’apercevoir, à l’horizon, les chantiers navals de Saint-Nazaire. Mer de roseaux des marais de Boulaie, paysages d’eau, de lumière ou de brume, tout rappelle ici les ambiances qui ont inspiré le poète René-Guy Cadou.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées
    • Individuels
Points d'intérêt
1 Dolmen de la Barbière
Considéré comme un des plus beaux mégalithes de la région, ce dolmen à couloir, bien qu’en partie détruit, reste imposant. Une énorme table dont le poids est évalué à 25 tonnes est supportée par 3 montants. Des fragments d’autres dalles de couverture sont écroulés à proximité. Non loin de là, une croix de granit, taillée dans une pierre du monument, sanctifie le site. Le folklore n’a pas boudé ce grand dolmen puisqu’on raconte qu’une pauvresse habitait là au début du 19ème siècle. Elle avait fermé avec de la terre les vides entre les montants de granit, et avait disposé sous cet abri solide mais inconfortable son misérable mobilier, au milieu duquel elle reçut, dit-on les derniers sacrements.
2 Les chamières
La chaumière, avec sa fourrure de roseaux, constitue une composante fondamentale du paysage briéron dans lequel elle s’est ancrée dès le milieu du 17ème siècle. Modeste au départ, elle cachait souvent une pièce unique, au volume bas, largement recouverte d’un toit de chaume. Les murs épais étaient percés du trio typique porte-fenêtre-lucarne aux chiches dimensions imposées par le climat et la taxe sur les ouvertures. Ce type d’habitat ne semble guère avoir évolué jusqu’au milieu du 19ème siècle, époque où de riches propriétaires sont venus introduire la brique dans la construction et remplacer la toiture de chaume par une couverture en ardoise. Mais la chaumière vit et continue à vivre. Judicieusement réaménagée pour être bien dans l’air du temps, elle a respectueusement conservé sa parure protectrice qui brave avec vaillance les intempéries, feutre les bruits du dehors et sous le charme de laquelle il est doux de vivre
Site officiel du tourisme en Bretagne