24h à bord du Saint‑QuayAvec Christophe, naviguez jusqu’au soleil couchant sur un vieux langoustier
Expérience bretonne

24h à bord du Saint‑Quay

Qui va « prendre la drisse du foc sur le cabillot » ? Heureusement, nul besoin de tout comprendre pour voguer sur le Saint-Quay, dans le port du même nom. Christophe, accueillant capitaine, sait mettre les matelots à l’aise sur son voilier en bois. Naviguer 24h sur l’ex-langoustier est un concentré de découverte, de convivialité et d’émerveillement.

Cap sur de belles sensations !

Une joyeuse excitation flotte sur le pont. Le Saint-Quay s’apprête à sortir en mer, avec un hétéroclite équipage à bord. Christophe, fringant capitaine et voileux depuis son plus jeune âge, distribue les gilets puis sort la carte format XXL. La météo checkée, il esquisse le parcours envisagé. Le courant descendant tend à nous porter vers l’archipel de Bréhat. Antony largue les amarres et le bateau s’ébroue pour sortir du port au moteur.

A la barre d’un historique voilier

La digue franchie, Christophe me laisse la barre pour aller hisser la grande voile, aidé d’Elsa et Antony. Sur le voilier de 25 T, tenir la barre demande un peu de poigne. Mais quel plaisir de sentir la large coque réagir, entre la pointe du Sémaphore et le phare coiffé de rouge de l’île Harbour.
Le vent étant parti pour rester calme comme on peut l’entendre par ici, café et soda sortent sur le roof. Avec les falaises de Plouha pour décor, Christophe nous conte l’histoire du Saint-Quay, sa restauration et les détails de son gréement en dundee.

Toutes voiles dehors « c’est génial »

Le vent fraîchit légèrement : retour aux drisses et aux écoutes ! Sous les indications du capitaine, le foc est gréé sur tribord puis le tapecul est hissé. Moteur coupé, seul le vent fait vibrer la toile, accompagné par le frou-frou de l’eau sur la coque. Pour tenir notre cap vers Bréhat, on reste « paré à virer ». Au milieu des haubans, Christophe précise quel cordage empoigner. Entre contemplation et action, de belles surprises accompagnent la navigation. Là, c’est un fou de bassan qui plonge tête la première. Puis des nuages qui jouent avec les rayons du soleil. Ou encore, trois maquereaux qui jaillissent de l’eau pêchés à la traîne par Elsa.

Un hébergement mille étoiles

L’arrivée des poissons sur le pont rappelle qu’il faut choisir un mouillage pour le dîner et la nuit. C’est l’Anse de Bréhec qui nous accueille à l’abri de ses falaises. Une brève averse rince le roof à l’affalage des voiles rondement menée par Ben et Christophe. Un peu d’échalote, de moutarde et les maquereaux passent au four tandis que l’apéro s’achève. Dans le carré, le repas fait honneur aux produits locaux. Les 27 miles nautiques de la journée dans les bras et les yeux, il est temps de se glisser dans sa couchette et de se laisser bercer. D’autant plus qu’un réveil matinal est prévu !

Lever de soleil et parade nautique

Dès 6h30, après avoir bien dormi, nous voici sur le pont. Le lever du soleil nous a sorti des couchettes. Alors que le granit se pare d’une lumière dorée, le soleil perce à l’horizon. Ben affiche un sourire grand large : « Je suis trop content ! ». « On se croirait au bout du monde » renchérit Amandine. L’odeur de café nous tire de notre rêverie. Les crêpes du petit déj’ avalées, on lève l’ancre. A l’approche de Saint-Quay Portrieux, Christophe fait parader le voilier devant la plage du Casino. Le Saint-Quay … à quai, le foc est plié sur le ponton et le taud remis sur la bôme. Pourtant, comme Ben, chacun-e est « prêt à repartir ».

à partir de

100 €

par personne

Cette expérience comprend

  • la navigation au coucher et au lever de soleil
  • la participation aux manœuvres
  • le dîner et le petit déjeuner à bord

Informations complémentaires

  • RDV au Port d’Armor de Saint-Quay-Portrieux. Départ à 14h et retour à 12h le lendemain.
  • Sur réservation.
  • Ne pas oublier : vêtements imperméables et chauds, chaussures de pont et/ou bottes, lampe frontale, duvet et oreiller.
  • Nombre de participants (min-max) : entre 4 et 8 personnes
  • Périodicité : de mai à octobre (en fonction des conditions météo)
  • Langue étrangère parlée : anglais

Découvrez nos autres expériences bretonnes

Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions