Séjourner dans un lieu chargé d'histoires 5 hébergements patrimoniaux au confort bien d'aujourd'hui

Séjourner dans un lieu chargé d'histoires

Vous aimez l’Histoire et les histoires, sentir la patine des ans sourdre d’un mur de pierre, adopter la douceur d’un art de vivre, aujourd’hui presque révolu ? Alors partez à la rencontre de ces séduisantes demeures. Elles ont en commun leurs nobles matériaux, des sites enchanteurs et surtout des propriétaires passionnés et passionnants.

Dans une Malouinière du 17e siècle

Le Manoir de la Baronnie

C’est un parfum d’aventure, l’esprit conquérant des corsaires mais aussi tout un art de vivre que vous humerez à la Baronnie. Avec sa longue façade blanche encadrée par deux ailes en légère avancée ouvrant sur un délicieux jardin à la française, cette belle demeure témoigne d’une période faste. Celle où les riches armateurs et négociants malouins abandonnaient la ville intra-muros de Saint-Malo pour profiter de la douceur de la campagne. Avec ses boiseries, tentures murales, parquets de chêne et sa magnifique rampe d’escalier en forme de tête de lion, c’est toute l’âme et le charme légèrement suranné d’une ancienne maison de famille qui s’offrent à vous.

Ouvert toute l’année

Manoir de la Baronnie


En vigie, face à la mer

Le sémaphore de Lervily

Sans doute construit vers le milieu du 19e siècle, le sémaphore de Lervily est un rescapé. Tombés en ruines après la seconde guerre mondiale, ses murs trapus ont aujourd’hui retrouvé leur traditionnel enduit à la chaux. Posté(e) derrière l’une des nombreuses fenêtres offrant une vue à 360 degrés sur le large, vous pourrez imaginer la vie des anciens habitants de ce bout de lande sauvage. Ils furent tour à tour veilleurs, gardiens du phare voisin et même douaniers. Mais rassurez-vous, vous ne partagerez avec eux que l’omniprésence de la mer, des vagues et du vent. A l’intérieur, parquet en chêne clair, vastes pièces inondées de lumière, cuisine-atelier et baignoire à l’ancienne, en font un refuge plein de douceur.

Ouvert toute l’année

Sémaphore de Lervily


Un manoir à l’heure anglaise

Le manoir de Kerlédan

Construite vers la toute fin du 15e siècle par un noble breton, transformée en ferme au 19e et 20e siècle, cette grande bâtisse rectangulaire à l’harmonieuse façade de schiste et de grès vit désormais à l’heure anglaise. Peter et Penny, vous raconterons comment ils l’ont, avec amour et constance, relevée de ses ruines, lui insufflant leur fantaisie toute britannique. Poutres apparentes, murs chaulés et pierre de taille témoignent de l’ancienneté des lieux. Dans le jardin, de magnifiques parterres et allées bordés de buis soigneusement taillés et de pittoresques sculptures animalières invitent à une déambulation méditative.

Ouvert de début mars à fin octobre

Manoir de Kerlédan


Vue sur le manoir

Maison du fermier de Goaz Froment

A Goaz Froment, vous logerez au cœur d’un domaine de 5 hectares, joliment boisé. Blanche et Olaf ont fait de l’ancienne métairie, un repaire chaleureux et confortable avec vue privilégiée sur le manoir. C’est en arrivant par le chemin creux que vous aurez, à travers les branches, l’aperçu le plus romantique de sa haute et sobre façade de granite. Le marquis de la Fayette y aurait séjourné. Jean-Baptiste Juste, un ancien militaire des gardes françaises ayant servi sous ses ordres, avait acquis la propriété au cours du 18e siècle.

Location du gîte à partir de 3 jours au cours de l’année. Uniquement à la semaine pendant les vacances de printemps et d’été

Manoir de Goaz Froment

 


Au plus près des anciennes forges des Salles

Chez Manu et l’Orangerie

Dans la grande forêt de Quénécan, à quelques kilomètres du lac de Guerlédan, subsistent une des forges à bois les plus anciennes et les mieux préservées de Bretagne, active jusqu’à la fin du 19e siècle. Quoi de mieux pour en imaginer l’énergie, la pulsation et en apprécier la remarquable organisation que de séjourner au cœur même de sa cité ouvrière.

Chez Manu

Avec sa pièce unique à chaque étage, cette petite maison respire l’authenticité. Si elle dispose désormais de tout le confort moderne, ses murs chaulés de blanc et ses solides poutres permettent d’entrevoir ce qui fut la vie du Caissier au temps des Forges (19e siècle) ou de Manu, son dernier habitant, un personnage parait-il, haut en couleur.

Chez Manu

 

L’Orangerie

Planté tout en haut des jardins en terrasse, ce bâtiment servant autrefois à préserver les orangers des rigueurs de l’hiver, offre une vue exceptionnelle sur le village sidérurgique situé en contrebas. Un repaire insolite et plein de charme, à partager à deux.

L’Orangerie

Vous aimerez aussi

Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions