Boucle de Croazac

Pédestre, VTC à Crossac

  Voir les photos (3)
16.1 km
Pédestre
4h
Difficile
16.1 km
VTC
1h 30min
Moyen
  • Un dédale de chemins nous offre, dès l’abord, une vision du bocage environnant. Le concert guilleret des oiseaux familiers des lieux vous guideront vers les marais de Brière. En pleine nature, ressourcez-vous en profitant de l’ambiance aquatique qui y règne. Mais tout au long de la balade gardez les yeux bien ouvert, un riche patrimoine ponctue agréablement ce magnifique paysage.
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
  • Clientèles acceptées
    • Individuels
Points d'intérêt
1 La grande Brière
Les marais briérons se divisent en deux parties. A l’est les marais de Donges (7800 hectares) sont des prairies privées, drainées depuis le 19ème siècle pour l’élevage du bétail. A l’ouest, la Grande Brière est parcourue par une centaine de kilomètres de canaux. Plans d’eau peu profonds (appelés copis et piardes), prairies inondables, buttes et roselières couvrent ses 6700 hectares. Le 8 août 1461, le duc de Bretagne François II décréta la Grande Brière « propriété de ses habitants ». Fidèle à la loi ducale, elle appartient encore aujourd’hui aux vingt et une communes, regroupées en une commission syndicale datant de 1838. Créé en 1970, le Parc naturel régional de Brière veille à la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel et humain des 40 000 hectares qu’il recouvre.
2 Château de Lorieux
Au milieu de cet enchevêtrement de branches, de ronces, apparaissent des monticules de terres, des pierres éparses, des pans de murs, seuls témoins de la présence lointaine en ce lieu d’une forteresse. Le château de Lorieux (« loc-rieux », le lieu des Rieux, noble famille), fut construit à la même époque que les grandes forteresses alentours, sur ordre d’Alain le Grand, roi de Bretagne, afin de protéger son royaume des invasions normandes. Vers 1130, le château devient résidence des vicomtes de Donges mais au moment des Guerres de religion, les troupes du Duc de Mercoeur attaquèrent le château. Plus tard, en 1614, Richelieu décréta la disparition de cette forteresse considérée comme un repaire huguenot. En 1618, l’ordre d’arasement est exécuté.
Les légendes ne manquent pas sur ces mystérieuses ruines. On raconte que des souterrains partiraient de cette forteresse.
Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions