© Yannick Derennes

Sein

Une terre d'émotions
Voir la vidéo

Sein

A fleur d’océan, l’île de Sein est une promesse de rencontres. Rencontre avec soi dans les champs de galets, rencontre avec la nature sur la lande polie par les vents, rencontre avec la chaleur des insulaires qui côtoient sans façon les visiteurs débarqués sur les quais bordés de maisons colorées.

Une terre d'émotions

Un radeau de sable et de roches

Un simple trait double l’horizon sur seulement 1,8 km de long, à 8 km environ de la pointe du Raz. Et pourtant, l’île de Sein ne passe pas inaperçue. Il faut dire qu’Enez-Sun a du caractère. Exposé aux épreuves du vent et des vagues, baigné par des étés lumineux, c’est un endroit unique et extraordinaire, hors du temps et du monde. Les habitants s’y accrochent comme des berniques, faisant preuve d’une belle indépendance et d’une généreuse solidarité.

Le champ des pierres

L’émerveillement s’exerce avant d’accoster au pied du phare vert et blanc. D’Audierne, la traversée longe les falaises du Cap Sizun, vous dévoile la pointe du Raz sous un nouvel angle et laisse le phare de la Vieille dans son clapot. Une fois à terre, vous vous amusez d’abord des crépis roses, jaunes, bleutés du quai des Paimpolais. Certains annoncent un bistrot pur jus où le homard se mange avec les doigts. Derrière la digue et le premier rempart de façades, les maisons se pelotonnent dans des ruelles tortueuses pour déjouer le vent. Certaines venelles ne dépassent pas 85 cm. Juste suffisant pour une barrique !

Au-delà du port, s’étend la lande (culminant à 6 m) parfois submergée par les grandes marées. Pas d’arbre sur cette végétation rase. Seuls des murets de pierre émergent, abritant de minuscules cultures. Devançant des rochers sculptés par l’érosion, le Grand Phare semble également veiller sur la charmante chapelle Saint-Corentin. Elle abritait une statue du saint dont les marins tournaient la crosse en direction des vents souhaités.

Des héros du quotidien

Courageux face aux éléments, habiles marins, attachés à leur liberté, les Sénans ont allié ces qualités pour activement s’illustrer dans des sauvetages …et dans la Résistance. Après l’appel du 18 juin 1940, les 150 hommes vaillants de l’île rejoignent le Général de Gaulle. Soit près du quart des premiers volontaires !

Le saviez-vous ?

Qui paye quoi ?

Colbert a exempté les Sénans de l’impôt foncier, estimant qu’ils étaient suffisamment mis en difficulté par la farouche nature de l’île.

Site officiel du tourisme en Bretagne