Sur la route des phares

Sur la destination Brest terres océanes

Les côtes bretonnes présentent la plus grande concentration de phares au monde, avec un record dans le Finistère : la Route des Phares s’y décline en 20 phares mythiques. De l’Ile Vierge à Ouessant, de la Pointe Saint-Mathieu à la Rade de Brest, zoom sur les 6 qui se visitent : à vous grimpettes et panoramas magiques !

En un coup d'œil

1. Un géant de granit

Phare de l’Ile Vierge

365 marches, pas une de moins ! A Plouguerneau, le sommet du phare de l’Ile Vierge se gagne après une belle grimpette, par un escalier en spirale ceint de murs opaline. C’est non seulement le plus haut d’Europe, mais du monde. L’effort en vaut la lanterne à éclat blanc de ce géant en granit de Kersanton, aujourd’hui automatisé : à 82,5 m, la vue est grandiose sur le pays des Abers. Le plus : séjourner dans l’écogîte du phare de l’Ile Vierge, la maison des gardiens au pied du petit phare. Depuis sa coupole vitrée, vous serez aux avant-postes pour observer l’environnement marin de jour comme de nuit. Magique !

Ouvert d’avril à octobre

Phare de l’Ile Vierge


2. Sentinelle du bout du monde

Phare de Saint-Mathieu

Cap à l’ouest, toute ! Un décor anachronique vous attend sur la pointe de Saint-Mathieu, à Plougonvelin. Ici, le phare de Saint-Mathieu émerge des ruines d’une ancienne abbaye. En haut des 163 marches, un guide conte l’histoire et le rôle de cet élégant édifice, bâti en 1835. Sa lanterne indique aux marins le chemin du goulet de Brest – pas une mince affaire, les jours de tempête. Par temps calme, le panorama de la Pointe du Raz à l’île d’Ouessant est tout aussi spectaculaire !

Ouvert toute l’année

Phare de Saint-Mathieu

3. Gardien du Four

Phare de Trézien

Un détail fait sa différence : c’est de l’intérieur des terres, à Plouarzel, que le Phare de Trézien guide les bateaux à travers le chenal du Four. L’édifice, en granit de l’Aber-Ildut et de Lampaul-Plouarzel, se dresse à 500 m du rivage – non loin de la pointe du Corsen, au pied de laquelle se mêlent les eaux de la Manche et de l’Atlantique. 182 marches vous mèneront, à 37,2 m de haut, jusqu’à son chemin de ronde en encorbellement. Au loin, l’archipel de Molène et Ouessant dévoile ses contours. Si vous avez le goût de l’aventure, amusez-vous à percer l’énigme du circuit de géocaching « Iroise Bretagne ».

Ouvert d’avril à septembre

Phare de Trézien


4. Le veilleur de la rade de Brest

Le phare du Petit Minou

Posté à l’entrée de la rade de Brest depuis le milieu du 19e siècle, ses 26 m de hauteur, en pierres de taille, se dressent en avancée sur la mer, au bout d’une sinueuse jetée. Un emplacement unique pour sécuriser l’entrée du goulet, ce bras de mer qui relie la baie à l’Océan Atlantique. Face à vous, la presqu’île de Crozon et Camaret-sur-Mer. Plus à l’ouest, la pointe Saint-Mathieu et son incontournable phare. Pour le rejoindre, suivez le sentier côtier, le mythique GR®34. Si vous avez le pied marin, embarquez à bord du « Grand bleu » et découvrez le Petit Minou depuis la mer. Un must !

Ouvert en juillet et en août

Le Petit Minou


5. Complètement à l’ouest

Le phare de Kermorvan

Solidement campé sur un éperon rocheux, tout au bout de la longue presqu’île de Kermorvan, sa robuste silhouette carrée inspire confiance. Entièrement automatisé, il guide les navires dans le chenal du Four. Pour le rejoindre, longez le Fort de l’Ilette avant de franchir le pont qui le relie à la côte. Votre récompense ? Une splendide vue sur le port du Conquet côté ria et à l’ouest, la houleuse Mer d’Iroise.

Ouvert tous les jours en juillet, en août et les week-ends en septembre 

Kermorvan


6. Le doyen

Phare du Stiff

Son dessin est signé Vauban. Deux tours, l’une portant sa lanterne, l’autre les escaliers, forment le phare du Stiff, sur l’île d’Ouessant. En fonction depuis 1700, c’est le plus ancien phare breton encore en activité. Perché sur sa falaise, dominant les flots à 90 m, le Stiff s’est récemment offert une cure de jouvence et « pète le feu » sur la mer d’Iroise. Son histoire est retracée dans un passionnant parcours muséographique. Ne ratez pas non plus, dans les maisons de gardien, les expositions du Conservatoire de l’abeille noire bretonne. Une autre sentinelle d’Ouessant !

Ouvert d’avril à septembre

Phare du Stiff


7. Un musée éclairant

Phares et balises

Complexe, la signalisation maritime ? Rien de tel que la visite du musée des Phares et Balises d’Ouessant pour vous éclairer. Il abrite l’optique géante du phare du Créac’h, au pied duquel il est installé, entre autres lanternes à charbon, lentilles de Fresnel, lampes à arc électriques… 800 objets remontent ainsi trois siècles d’évolutions techniques. Maquettes, photos, vidéos plongent, elles, dans les travaux de construction de certaines sentinelles mythiques, la vie de leurs gardiens. Des témoignages qui forcent le respect.

Ouvert d’avril à août 2022

Musée des Phares et Balises

Vous aimerez aussi

Site officiel du tourisme en Bretagne