© DERENNES Yannick
Pâtisseries & douceurs bretonnes Pause sucrée pour les gourmands

Gâteaux bretons

Quoi de mieux qu’une note sucrée pour terminer un repas ou se faire plaisir à tout moment de la journée ? En Bretagne, les gâteaux et les biscuits sont connus pour leur ingrédient phare : le beurre. Appelées aussi lichouseries (du breton « lichou » qui signifie gourmand), les pâtisseries et les sucreries bretonnes trouvent toujours leurs adeptes et comptent parmi les meilleurs souvenirs de vacances.

crtb-ad2193-derennes-yannick.jpg Goûter breton en famille Goûter breton en famille

Le Kouign-amann

Inventée à Douarnenez vers 1865, cette pâtisserie fera fondre à coup sûr tous les gourmands. Elle est composée d’ingrédients simples mais nécessite un vrai tour de main car dit-on : « le fait qui veut, le réussit qui peut ». Il s’agit d’une pâte à pain à laquelle on incorpore du sucre et du beurre fermier salé dont les pliages successifs s’apparentent à la confection d’une pâte feuilletée. La qualité du beurre salé et le temps de repos de la pâte sont essentiels pour la réussite de ce gâteau. Lors de la cuisson, le mélange beurre-sucre fond, donnant ainsi au gâteau une texture fondante à l’intérieur et caramélisée à l’extérieur. Difficile d’y résister ! A déguster partout en Bretagne et en particulier en Cornouaille où boulangers et pâtissiers regroupés sous l’association du “Véritable kouign amann de Douarnenez” pour découvrir cette spécialité, véritable institution.

Le far breton

Le far breton est un grand classique. Sa recette est très facile : de la farine, des œufs, du lait, de préférence entier pour apporter de l’onctuosité, du beurre et du sucre, le tout cuit au four (d’où son nom breton de « farz forn » qui signifie far au four). Simple mais délicieux ! Dans sa version la plus connue, il contient des pruneaux qu’autrefois les marins ramenaient séchés de leurs voyages et qui ajoutent une touche fruitée à la recette traditionnelle. Il peut aussi être parfumé avec une pointe de rhum ou se déguster avec des raisins. Assez copieux, il remplit bien le ventre des gourmands à l’heure du goûter.

Le gâteau breton

Originaire du pays de Lorient, le gâteau breton est un généreux sablé au beurre salé dont la croûte est décorée de croisillons dessinés à l’aide d’une fourchette. Autrefois, il était considéré comme un « gâteau de voyage » car il pouvait se conserver plusieurs semaines, ce qui en faisait la friandise des marins. D’une taille de 12 à 25 cm de diamètre pour une épaisseur de 3 à 4 cm, ce gros biscuit doit contenir au moins 20% de beurre pour obtenir le nom de « gâteau breton ». On le trouve parfois fourré à la crème de pruneaux ou au caramel au beurre salé. Le gâteau breton fait l’objet de nombreux concours et a même sa confrérie qui défend la recette unique de ce gâteau emblématique.

Le Fondant Baulois

Ce fondant au chocolat cache sous une croûte fine et légèrement meringuée, une texture au goût inimitable avec sa pointe de caramel au beurre salé. Son authenticité se reconnaît à son sceau rouge. Clin d’œil aux emblématiques cabines de plages de La Baule, ce gâteau est proposé dans une jolie boîte rayée bleue et blanche.

Les biscuits bretons

Pour accompagner un café ou un thé, ou faire le plaisir des enfants à l’heure du goûter, les nombreux biscuits bretons sont issus de recettes et d’ingrédients simples parmi lesquels l’incontournable beurre salé. La galette bretonne, dans sa version la plus basique, ronde, fine, dentelée ou non, a été rendue célèbre par les fameuses galettes de Pont-Aven, créées par Isidore Penven en 1890. Plus fine et plus croustillante que la galette, le punch est une spécialité du centre Bretagne. Le palet breton, quant à lui, épais biscuit au beurre salé de plus d’1 cm, a été inventé en 1920 par Alexis Le Villain, boulanger à Pont-Aven qui lui donnera le nom de Traou Mad (littéralement « bonnes choses »). Il tire son nom et son aspect du jeu traditionnel qui consiste à lancer des palets en fer sur une planche de bois. Autre spécialité à connaitre, la cigarette pur beurre de baratte, roulée à la main qui donne naissance à la marque à la biscuiterie La Trinitaine en 1950.

La crêpe dentelle

Inventée en 1886 par la crêpière Marie-Catherine Cornic qui oublia une crêpe sur le billig, la crêpe dentelle est une friandise légère et dorée que l’on enroule 8 fois autour d’elle-même. Clin d’œil à la danse bretonne traditionnelle à 8 temps, ce biscuit est plus connu sous le nom de Gavotte. Les Gavottes se parfument aussi au chocolat et se dégustent en version salée à l’apéritif.


Douceurs bretonnes

Le caramel au beurre salé

Henri Leroux, chocolatier de Quiberon, a mis au point la recette de cette friandise qui deviendra un succès. Du caramel au beurre demi-sel auquel sont ajoutées des noix, noisettes et amandes concassées : le CBS® est donc né et remporte en 1980 le prix du Meilleur bonbon de France. Cette recette a vu fleurir de nombreuses variantes à déguster en bonbon, en nappage sur des crêpes ou des glaces… ou carrément à la cuillère !

Vous aimerez aussi

Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions