© Eugenie Ragot
5 pépites d'art contemporain à ne pas rater

La Bretagne façon galerie à ciel ouvert

L’art contemporain ? En Bretagne il vit, et pas que dans les galeries ! Il est même partout… mais low profile. Il suffit pourtant d’un rien – une porte poussée, un pas de côté, des yeux levés – pour tomber sur un trésor. La preuve en cinq sites !

1. Joyau Art Déco

La chapelle Saint-Yves, à Saint-Brieuc

Passer les portes de l’évêché, c’est en prendre plein les yeux. Une modernité éblouissante du cloître à la chapelle Saint-Yves, habillée jusqu’au plafond de motifs géométriques et d’une profusion de couleurs ! Tout y est exceptionnel – les formes cubistes, l’autel principal aux mosaïques Odorico, les peintures a fresco… Et partout, au sol, dans le mobilier, l’influence Seiz Breur, ce collectif d’artistes réinventeurs des arts décoratifs populaires, qui voulait rompre avec l’image figée de la Bretagne. En ces lieux restaurés et ouverts à tous, ambiance zen de mise. On prend son temps, on savoure l’instant.

 

 La chapelle Saint-Yves

 


2. Sur le sentier, miracle en équilibre

L’arbre à la pierre de Penone, à Dinard

On s’y balade les yeux tournés vers le grand large, panorama oblige… et pourtant. Lors d’une petite pause à la pointe de la Malouine, sur le GR®34, il suffit de lever la tête : là, un arbre joue les vigies. Bien calé dans son tronc nu, un œuf, comme un cœur énorme. La sculpture monumentale de l’artiste italien Giuseppe Penone, figure majeure du courant artistique Arte povera, est en bronze. Elle domine de ses 13 mètres la prestigieuse villa Greystones. Une histoire de nature et d’humanité, qui accompagne sur le sentier qui prend le temps de l’écouter.

 

Giuseppe Penone

 

3. Un moulin et sa drôle de vie

Le belvédère des ondes, à St-Benoît-des-Ondes

Cancale, le Mont St-Michel… Des passages obligés pour tout visiteur en Bretagne nord. Mais Saint-Benoît des-Ondes ? C’est là qu’il vous conduira, votre pas de côté ! Direction une œuvre d’art majeure et un panorama à tomber. On rembobine : C’était depuis deux siècles un moulin modeste. Détourné par Jean-Luc Vilmouth, plasticien français de renom, le voilà transformé en lieu de partage sur un site exceptionnel, la baie du Mont Saint-Michel. Roof top panoramique à ciel ouvert, garde-corps aux courbes épurées, inspirées des ondulations de l’eau et du vent : un immanquable à découvrir, ouvert sur la mer et nos imaginaires.  

 

Le Belvédère des ondes

 


4. Laisser entrer le soleil

Les vitraux de la Collégiale Notre-Dame, à Lamballe

Le point commun entre une capitale médiévale, un haras national et Mathurin Méheut, peintre de la mer ? C’est bien Lamballe, ville d’art et d’histoire des Côtes d’Armor. De là à l’associer au top du vitrail contemporain… Spontanément, ce n’était pas gagné ! Entrez donc dans la Collégiale Notre-Dame qui domine la ville. Comme un rideau sur la scène, tombent de grands aplats de lumière. Les vitraux de Geneviève Asse sont d’une nuance de bleu unique, la marque personnelle de l’artiste. Jaune orangé, ceux d’Olivier Debré leur répondent en enflammant colonnes et chapiteaux. Une autre manière de dire la pureté et l’infini.

 

Les vitraux de la Collégiale

 

5. Rive droite, rive gauche… et au milieu

Ty Kodak et la passerelle Max Jacob, à Quimper

 Sa faïence, ses pans de bois… Derrière les clichés, la capitale de Cornouaille rigole ! Car sur ses quais, un édifice attire le regard. Avant-gardiste, avec son angle arrondi, il en impose. C’est l’œuvre d’Olivier Mordrelle, qui en 1933 venait tout juste de concevoir la Villa Savoye de Le Corbusier. Revenir au régionalisme, au pittoresque… très peu pour lui ! Il persiste et signe avec le garage du 24 boulevard Dupleix, juste en face, abritant aujourd’hui la rédaction de Ouest France. Entre les deux bâtiments, l’Odet et ses passerelles. Et parmi elles, une pépite : celle dédiée à Max Jacob. Elle est signée Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti, les « Bonnie and Clyde » du design contemporain. Sur l’une des piles, un portrait du poète d’après Modigliani apparaît et disparaît au gré des marées. « La Bretagne est un miracle, écrivait-il, elle absorbe les autos, les maisons à la Corbusier, le rouge aux lèvres… ». Sans cesser d’être la Bretagne.

 

L’immeuble Ty Kodak

Vous aimerez aussi

Site officiel du tourisme en Bretagne
Nos suggestions