Les expos du moment en Bretagne

Un grand shot de culture

Musées, galeries, centres d’art… les expositions fleurissent aux quatre coins de la Bretagne. Une palette d’émotions et de sensations tout en contraste, un voyage dans l’imaginaire d’artistes inspirés. Un grand shot de culture pour s’extasier, s’étonner, s’amuser !

En un coup d'œil

1. Le portrait dans la peinture en Bretagne

Le Faouët, musée, du 9 avril au 9 octobre 2022

Vous faire découvrir la Bretagne du 19e et 20e siècle de l’intérieur, à travers le portrait de ceux qui l’habitèrent, notables ou anonymes, tel est le pari lancé par le musée du Faouët. Une autre façon d’appréhender une époque, d’en comprendre les ressorts. Quand une expression, une attitude, un détail vestimentaire expriment la psychologie d’un modèle, son appartenance sociale et géographique. Frais minois d’une fillette au regard sérieux, prix d’honneur en évidence sous le bras, silhouette de femme vue de dos, prétexte à s’attarder sur la finesse et la complexité d’une coiffe, visage buriné de paysan à l’ombre d’un chapeau de toile… Sous le pinceau de peintres réputés (Emile Bernard, Paul Sérusier, Charles Cottet…) et moins connus, les figures se détachent sur fond neutre puis s’installent au fil du temps dans un cadre domestique ou au cœur d’un paysage. Au travers de leurs autoportraits, les artistes affrontent la question « qui suis-je ? ». Un périple qui vous mènera de l’intime à l’universel !

Le portrait dans la peinture en Bretagne

Où dormir : « Au septième« , maison d’hôtes à Langonnet


2. Anima (ex) Musica, cabinet de curiosités du 21e siècle

Ploëzal, château de la Roche-Jagu, du 7 mai au 2 octobre 2022

Cet été sciences et arts fraternisent à la Roche-Jagu. Araignée, cloporte, cigale, punaise, sauterelle, phasme… mal aimés, les arthropodes, ces petites bêtes aux corps segmentés, articulés, couverts d’une pellicule rigide, représentent 80 % des espèces vivant sur terre. Et jouent un rôle essentiel dans la chaîne du vivant. A la Roche-Jagu, par le coup de baguette d’un collectif d’artistes inspirés, elles se muent en d’étonnantes créatures hybrides. Un marteau de piano devient articulation, des caisses de batteries, abdomen. Le petit se fait grand et la nature, artifice, rendant visible l’invisible. Animées d’une nouvelle vie, elles frémissent, ondulent, bruissent à votre passage. En contrepoint, trompette marine, luth chinois, sitar… vous initient à l’organologie, cette science qui étudie les instruments de musique. Tandis que des planches de papillons et autres coléoptères vous invitent à jouer les entomologistes. Un voyage où la créativité de la nature rejoint l’ingéniosité humaine. Ou vice-versa !

Anima ex Musica

Où dormir : L’Esperluète, chambres d’hôtes

 


3. Paquebots, à la croisée des arts décoratifs

Lamballe, Musée Mathurin Méheut, du 18 juin 2022 au 8 janvier 2023

Dans le nouvel espace dédié à Mathurin Méheut au sein du haras de Lamballe, partez sur les traces du décorateur, inventif et plein d’esprit, et évadez-vous à bord de ces paquebots mythiques qui sillonnèrent les mers du globe au début du 20e siècle. Les Messageries maritimes, la Compagnie générale transatlantique : tout un imaginaire brassant exotisme, destinations lointaines, luxe, raffinement, évasion. Si les navires qui en furent les héros ne sont plus aujourd’hui que des souvenirs, des photographies, croquis études en conservent heureusement la mémoire. Au gré de tableaux, panneaux décoratifs, cartons de mosaïque ou de tapis, retrouvez intacte la passion de Méheut pour la faune et la flore maritime. Admirez son approche subtile de la couleur et son sens aigu de la composition. A ses côtés, tableaux de Dufy, bronzes de Bugatti, affiches de Cassandre, maquette du Normandie… contribuent à vous immerger dans l’atmosphère si particulière des grands paquebots. Prêts pour le voyage ?

Paquebots

Où dormir : Artefact, chambres d’hôtes

4. Ernest Pignon-Ernest

Landerneau, FHEL – du 12 juin 2022 au 15 janvier 2023

On connaît plus ou moins tous ses silhouettes iconiques d’Arthur Rimbaud grandeur nature, collées en noir et blanc sur les murs d’une nuée de villes. On est moins nombreux peut-être à mettre un nom et un prénom sur l’artiste, à l’honneur du FHEL de Landerneau jusqu’au tout début 2023 : Ernest Pignon-Ernest. Un créateur engagé, précurseur du street art de Bansky ou JR. En veille avec humanité et profondeur sur l’état du monde, il happe nos regards depuis les années 70 par la force de ses collages éphémères in situ. En 300 installations, dessins et photos, l’exposition bretonne nous raconte la naissance de ses silhouettes sérigraphiées semblant jaillir des murs. L’émotion ne nous quitte pas ; un poète-créateur de grande exigence artistique à découvrir et redécouvrir d’urgence !

Ernest Pignon Ernest

Où dormir : L’écrin, maison d’hôtes à Landerneau


5. Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne

Pont-Aven, du 25 juin au 31 décembre 2022

(Re)découvrir la Bretagne sur les pas de Méheut, quelle belle idée ! Illustrateur, peintre, décorateur, il s’en fait l’arpenteur, de la pointe du Raz aux marais de Brière. Infatigable témoin, il restitue l’animation des ports, la foule colorée des Pardons, des foires, des marchés… Et s’attarde sur le geste des artisans au travail. A Pont-Aven vous apprécierez son fulgurant coup de crayon, sa production foisonnante d’une modernité résolument figurative. Il aime expérimenter des techniques diverses : estampe, gouache, dessin aquarellé, peinture à la caséine, céramique… Fonds marins, faune, flore révèlent un extraordinaire observateur du vivant doté d’un sens aigu de la composition. Notez la subtilité de sa palette dominée par des bleus profonds, des gris et des bruns sourds, des orangés vibrants. Pour accompagner votre exploration : visites commentées, flâneries poétiques, regards croisés d’experts et même un atelier dégustation. C’est le moment de vous accorder une escapade dans la cité des peintres !

Méheut, arpenteur de Bretagne

Où dormir : les cabanes de la Carri’air


8. René Seyssaud – D’une lumière à l’autre

Vannes, Musée de la Cohue, du 30 avril au 2 octobre 2022

A priori, rien ne reliait Seyssaud, peintre paysagiste renommé dans le sud de la France, à la Bretagne. Pourtant c’est sur la côte finistérienne, au nord de Morlaix qu’en 1910, ce précurseur du fauvisme installe son chevalet pour deux mois. Là, il adapte sa palette vive aux variations bretonnes. Pour la première fois, les croquis et tableaux issus de cette résidence sont exposés dans un musée, aux côtés de ses grandes œuvres provençales. Sa source d’inspiration est immuable : la nature. Le ciel, la mer, la terre, les hommes qui y vivent. Son obsession : la couleur. En 63 tableaux assortis de carnets de dessin, venez faire connaissance ! Optez cet été pour le style de visites qui vous ressemble : focus sur une œuvre ou un thème en particulier, après-midis contés (jeudi) ou activités enfants (mercredi matin) … Un grand shot de couleurs et de lumières dans la cité vannetaise !

René Seyssaud

Où dormir : La villa Garenne à Vannes


9. Café, plaisir au goût d’amertume

Port-Louis, musée de la Compagnie des Indes, du 30 avril au 15 décembre 2022

Pour vous, un repas sans la petite dose d’amertume d’un café bien frappé, relève de l’impensable ? Rendez-vous au musée de la Compagnie des Indes à Port-Louis. Vous y apprendrez que l’engouement des Européens, à la fin du 17e siècle, pour cette boisson inventée par l’actuel Yémen, pousse la Compagnie des Indes à développer la culture des baies sur l’île Bourbon (actuelle île de la Réunion) ? Séchage des grains, décorticage, vannage, criblage, triage et mise en sac… le traitement du café réclame une importante main d’œuvre. La compagnie vend alors des captifs aux colons. Une page douloureuse de l’histoire de la Réunion révélée par l’exposition. Vous y découvrirez aussi l’extraordinaire collection d’ustensiles créés pour accompagner les différentes étapes de préparation et de dégustation du subtil breuvage. Brûloirs pour chauffer le grain, moulins pour le réduire en poudre, fontaines, verseuses et tasses pour le consommer. Ces dernières en porcelaine de Chine ou du Japon qui en détenaient alors le monopole. Quand raffinement rime avec exploitation, tout le tragique paradoxe de ce plaisir au goût d’amertume !

Café, plaisir au goût d’amertume

Où dormir : Hôtel La Citadelle, Port-Louis


10. Celtique ?

Rennes, musée de Bretagne, du 18 mars au 4 décembre 2022

Du Moyen-âge au 20ème siècle, l’identité de la Bretagne s’est en partie construite sur l’idée d’un héritage celtique. Réalité historique, récit mythique, concept marketing ? Mais qui sont les Celtes, cette civilisation de l’âge du fer née au 1er millénaire avant notre ère ? Y a-t-il une filiation entre cette lointaine culture et la Bretagne d’aujourd’hui ? Triskell, druides, musique, forêts légendaires… ne sont-ils pas avant tout les éléments d’un récit en partie imaginaire, un héritage créé de toutes pièces ? Immergez-vous dans cette exposition foisonnante, ingénieusement interactive et faites-vous votre propre idée. Testez votre celt’attitude, repérez ce qui relève de l’identité celte dans les objets, pièces de monnaie, œuvres d’art exposés. Observez la survivance de ce riche vocabulaire artistique et décoratif dans la culture populaire contemporaine, de la boite de biscuit à la pratique du tatouage.  Et quelle parenté avec les bustes sculptés de Trémuson, présentés pour la première fois ? Toujours mordu ? Ne perdez pas une miette des rencontres, concerts, spectacles, projections… Alors celte ou pas celte ?

Celtique ?

Où dormir : Le Saison à  Saint-Grégoire

11. Barzaz Breiz, le chant de la Bretagne

Quimper, Musée départemental breton, du 28 janvier au 31 décembre 2022

Chant d’amour à une Bretagne idéalisée, le Barzaz Breiz est un monument littéraire où l’histoire se fond avec la légende. Vous y croiserez dans un parcours sonore et visuel mêlant écrits, musique et peinture, les figures du druide, du barde, du Roi Arthur et de Merlin l’enchanteur. Vous applaudirez les exploits de fiers rois de Bretagne ou de rebelles au pouvoir central et sourirez des subtilités d’une demande en mariage. Tout à la fois encensé et controversé, cet ouvrage publié au début du 19e siècle par Théodore de la Villemarqué, s’inscrit dans un vaste mouvement européen d’intérêt pour les traditions populaires. Comme les frères Grimm en Allemagne, l’auteur collecte et retravaille des chants traditionnels transmis oralement de génération en génération. A l’image des Seiz Breur, d’Alan Stivell ou de Gilles Servat qui s’en sont inspiré, laissez-vous envoûter par ces mélopées où se révèle l’âme profonde de la Bretagne.

Barzaz Breiz

Où dormir : Hôtel & Spa Ginkgo

Vous aimerez aussi

Site officiel du tourisme en Bretagne